Hey Joachim, c’est une copine à moi qui m’a dit que tu t’appelais Andy…

Crédit photo de couverture @Sébastien Grisey.

Décidemment, cette exposition « Warhol Underground », au Centre Pompidou de Metz jusqu’au 23 Novembre, nous aura fait beaucoup rêver et bouger! Elle y met en lumière la collaboration d’Andy Warhol et du Velvet Underground, mais rassures-toi, je ne vais pas te faire une visite guidée de l’expo, car j’ai eu droit à quelques remarques désagréables sur l’intérêt de ce type d’articles… Du coup, comme je suis soupe au lait, je boude!

Et puis ma connaissance artistique et musicale de ce milieu n’est pas assez étendue pour être précise et percutante… Pour nous, cette exposition, cela a donc été 3 visites, un concert de John Cale, légende survivante du Velvet Underground produit par Warhol dans les années 60-70, un atelier enfant et surtout une performance pour Miss Gumpy!

Car…oui… parfois, le vendredi soir, vers 22h30, tu reçois un message sur Facebook, d’un artiste te demandant si ta fille est disponible le lendemain après midi pour l’assister lors de son apparition… Si, si, ça arrive, la preuve…

Joachim Biehler a fait cette démarche afin que notre Miss Grumpy participe à sa performance « 10 Andy’s », au Centre Pompidou de Metz le 26 septembre dernier…

Mais qui est donc ce Joachim (que la demoiselle trouve gentil, rigolo et trop trop trop sympa)???

Voici sa biographie sur le site de la galerie d’art qui le représente:

« Joachim Biehler est né en 1981 à Strasbourg. Il est diplômé du DNSEP de la Haute Ecole d’Arts de Perpignan.
Il travaille dans le milieu de l’art contemporain, en connait toutes les subtilités et les références et aime les détourner avec humour. La plupart de ses œuvres mettent en place un jeu d’attraction-répulsion. Dans le « like project », une de ses premières séries, Joachim substitue son visage à ceux de grandes icônes de l’art contemporain tel que ORLAN ou Jeff Koons. Le photomontage dérangeant fait à la fois sourire et questionne de manière forte la place de la jeune génération dans ce star-système organisé.
La série « Big sugar vanity » fonctionne également sur la base d’un dispositif ambivalent : nous sommes attirés par le bonbon, et cependant dégoûtés par la confrontation morbide avec le motif de la vanité. Alors, le sucre est associé à notre société guerrière, annihilante, aveugle et dévorante. « 
On peut également préciser que c’est un admirateur, même un fan des réalisations d’ Andy Warhol mais également du personnage en lui-même et de son image, et cela se voit dans son travail. Il a donc créé la performance 10 Andy’s, qui a pour but de multiplier les figures d’Andy Warhol à travers l’exposition, grâce à des figurants, tout en ne leur donnant pas réellement vie, puisque les « Andy » doivent rester immobiles et muets, dans des positions représentant Warhol. Miss Grumpy a donc eu la lourde tâche d’être le premier « Andy » croisé par les visiteurs, dès l’entrée de l’exposition, restant assise sans bouger sur l’énorme canapé rouge, fidèle réplique de celui se trouvant à l’époque à la Factory, atelier de Warhol à New York.
Elle a donc pu vivre sa véritable première expérience artistique  au cœur même d’une œuvre d’art vivante. Mais ce ne fut pas sans peine, tu t’en doutes! A 6 ans, se faire maquiller, et être affublée d’une perruque (qui gratte et qui tient chaud) blond platine et de lunettes de soleil, c’est au mieux, un jeu, au pire, un calvaire. Rien de tout ça pour Miss Grumpy (ouf), mais il a quand même fallu la mettre en confiance, au milieu des autres figurants grimés (qui ont tous été adorables avec elle!), lui expliquer son rôle, lui faire comprendre que ne pas bouger, ça veut dire ne pas bouger… bref… trop fastoche! Hum, Hum!
Et pourtant, j’ai été vraiment étonnée par la concentration de notre Mini-Andy. Elle a tenu presque une heure sans bouger sur son canapé (je me suis même demandée, à un moment, si elle ne dormait pas…), avant une pause pipi (bin oui, Warhol faisait aussi pipi!), et c’est à partir de ce moment que son esprit commença à divaguer, parlant avec quelques personnes intriguées par son personnage, se laissant perturber par des enfants ayant pour seul but de la déconcentrer en se cachant derrière le fauteuil (d’ailleurs, après mon intervention, on ne les a plus jamais revus ces gamins… tu peux remonter à la vidéo du « tatataaaaaa » pour une ambiance suspens!)…
Au bout d’une heure et demi, la prestation se termine, elle voit passer les sosies devant elle, et les suis tout naturellement sans demander son reste (et en laissant une pauvre dame, qui lui parlait, plantée seule sur le canapé!). Mission accomplie, enfin, je crois… C’est à Joachim de le dire, en tout cas, il avait l’air satisfait!
 miss grumpy by joachim
Durant la prestation des sosies d’Andy, Joachim a mis en scène également, la célèbre vidéo « Warhol eating a Hamburger »… et honnêtement, je l’ai trouvé bien courageux.
D’une part, parce que le public ne connait pas forcement cette vidéo, qui n’est pas à proprement parler une critique de la société de consommation (comme sont souvent et facilement qualifiées toutes les œuvres de Warhol) mais plutôt une représentation d’accumulation d’éléments de la pop culture (Warhol, un burger, du ketchup), face à un acte ordinaire de la vie de tous les jours. C’est aussi une expression de l’universalité de certains éléments quotidiens, comme il le dit lui-même:
« What’s great about this country is America started the tradition where the richest consumers buy essentially the same things as the poorest. You can be watching TV and see Coca-Cola, and you can know that the President drinks Coke, Liz Taylor drinks Coke, and just think, you can drink Coke, too. A Coke is a Coke and no amount of money can get you a better Coke than the one the bum on the corner is drinking. All the Cokes are the same and all the Cokes are good. »

 

Cela peut donc prêter à sourire, si on ne connait ni la vidéo, ni le contexte… Et non, évidemment, je ne traduirais rien, car tu as sans doute Google translate! Non mais ho!
D’autre part, parce qu’il a du ingurgiter plusieurs burgers… froids… avec seulement du ketchup… trou dans l’estomac garanti! Et rien que pour cela, j’applaudis des deux mains, et je m’en vais fouetter mes yeux avec des branches de céleris afin de purifier mon âme végétarienne! Les risques du métier, me diras-tu!
Voici une petite sélection de photos de ce bel après-midi!
Je t’ai également parlé d’un atelier enfant… car le Centre Pompidou a l’excellente idée de proposer des ateliers pour les enfants de 5 à 12 ans, et les ados de 13 à 16 ans. Joachim a été chargé de recréer une Mini-Factory « Warholand » pour accueillir les plus jeunes, et les initier aux différentes techniques de production artistiques d’Andy Warhol, comme la photographie, le papier peint, le travail sur la série etc…  La Mini-Factory est accessible jusqu’à la fin de l’exposition Warhol Undergroung, soit le 23 Novembre. La pièce a été tapissé de papier alu, de quelques photos d’art de Joachim, de photos de mini-Andy … un espace vraiment propice à la création. Un médiateur guide les enfants pendant 1h30, le temps pour toi de faire un tour dans les différentes galeries! Le mystère plane encore sur ce qui a été fait pendant cette heure et demi, car je n’ai pas la chance d’avoir une enfant qui raconte en détail ce qu’elle vient de faire… une seule chose que je sais… si tu viens un jour d’atelier (le samedi ou dimanche), méfies toi si tu croises un groupe d’enfants surexcités, car à chaque séance, ils choisissent une victime parmi les visiteurs, et l’emmènent à Warholand… des trophées photographiques sont accrochés sur les murs… et je peux t’assurer que ces pygmées s’en donnent à cœur joie niveau accessoires, perruques, boas en plumes et j’en passe… Je t’aurais prévenue…!
Voici un aperçu de la fameuse Mini-Factory de Joachim Biehler (crédit photo @Joachim Biehler et Galerie Géraldine Banier).

Joachim Biehler a plusieurs projets à venir, notamment une exposition à la mi- décembre au LÉE ( Laboratoire d’Expression Elastique rue St Eucaire à Metz ) et au printemps 2016, il sera invité au FRAC Haute Normandie pour une grande exposition collective « Autoportrait de l’artiste en alter » dans le cadre du festival Normandie Impressionniste.

Pour ton information, voici différents liens utiles:

La Galerie Géraldine Banier

Le site du Centre Pompidou Metz

Les ateliers Jeunes Publics, les samedis et dimanches

joachim et miss grumpy 2

Un immense merci à Joachim pour sa confiance, et le risque inconscient qu’il a pris (ne connaissant pas Miss Grumpy…). Et comme je l’ai déjà noté, il te reste jusqu’au 23 Novembre pour découvrir l’exposition « Warhol Underground », vite, vite, vite!

Tu as envie de laisser un commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s