Strasbourg! MAMCS

Pourquoi se simplifier la vie en allant au Centre Pompidou de Metz (à 30mn de chez moi), alors que l’on peut faire 2h30 de route avec mamie et enfant pour aller voir le Musée d’Art Moderne et Contemporain de Strasbourg… hein, pourquoi? Hooooo parce que premièrement il vaut de détour, deuxièmement, Strasbourg c’est chôôôli, et troisièmement, on aime le risque dans la famille!

Par contre, avant le départ, vérifie quand même la motivation des participants, et surtout essaie de sonder si ils ont un minimum de connaissance en Art Contemporain… si, si, c’est nécessaire, tu comprendras pourquoi un peu plus bas… Sinon, essaie de cadrer un peu le truc pour éviter tout débordement.

Lire la suite

Jheronimus Bosch: Le Jardin des Délices

Me revoilà à nouveau avec un artiste atypique, ou en tout cas intrigant… et que donc, j’ai envie de te faire découvrir !!! Le principe reste le même, pas de bio et d’explication de texte (wikipedia et Google le font très bien), mais juste une envie de faire découvrir, et de partager. Comme sans doute à chaque fois que je vais faire un article sur un artiste, il faudra que je remercie l’incroyable Mme Mohammedi, qui a réussi à faire ressurgir mon amour de l’Art (ce qui laisse parfois Mr Grizzly dubitatif, pour qui l’art est souvent une grande affaire d’imposture et de gesticulations inutiles…). Donc MERCI, MERCI, MERCI Mme Mohammedi! Vous qui vivez l’Art, et qui m’avez réveillée de ces années de pauvreté intellectuelle (oui, ouiiiiiiii je n’ai pas peur de le dire, je suis une folle, une malade mentale!) Tout cela à cause d’un milieu professionnel tellement hermétique à tout ce qui touche à la culture « classique » que même le fait de parler en public d’une visite de musée s’apparentait à un voyage en terre inconnue (sans Frédéric Lopez, malheureusement). Cela laissait l’assemblée en pleine interrogation sur les raisons profondes de ce suicide dominical (bin ouais le temps libre c’est fait pour le foot, la console, ou le foot sur la console), sur la nature exacte de ma vie sociale en dehors du lieu de travail, ainsi que sur l’infime possibilité que je vienne d’une autre planète . Je passais donc pour une fille bizarre, dans le meilleur des cas, ou pour une fille qui se la pète, dans le pire, ou inversement d’ailleurs car je fais pipi sur les médiocres, (et oui!), préférant mille fois passer pour une fille bizarre et péteuse que pour une inculte. Lire la suite